Rencontre avec l’euro-député Patrick le Hyaric dans le cadre des élections européenne

Patric Le Hyaric-Plateforme de Paris

Dans le cadre des élections européenne la Plateforme de Paris et FEDIF ont organisées le 7 mai une rencontre avec l’euro-député Patrick le Hyaric. Le communiste qui brigue un second mandat, revient pour nous notamment sur les enjeux des élections européennes qui auront lieu le 25 mai. 

Quels sont les principaux enjeux de ce scrutin d’après vous ?

Le principal intérêt de ces élections c’est que le peuple a le pouvoir de changer les politiques qui le font souffrir. L’austérité, le chômage, la question des retraites et bien d’autres choses encore, ces élections peuvent tout changer. De nouveaux choix sont offerts aux citoyens, répartir les richesses plus justement, défendre les systèmes publics, rompre avec les traités ultralibéraux tels que Lisbonne et les traités budgétaires et enfin, la reconstruction de l’Europe. Une Union européenne qui ne sera pas celle des plus puissants mais bien celle des peuples.

Craignez-vous un record d’abstention ? 

Malheureusement, il devrait y avoir une fois encore un taux d’abstention très élevé, je ne sais pas si un record sera battu mais cela n’a pas beaucoup d’importance. Les citoyens doivent savoir que ce que vote  le Parlement Européen se traduit ensuite dans le droit national. Et que cela touche donc toutes les familles. S’abstenir revient à se laisser faire, et des lois qui ne correspondent pas aux attentes des citoyens peuvent être votées. Donc cela peut se retourner contre celui qui n’avait pas voté lors de ces élections qui sont, je le rappelle encore une fois, très importantes. Moi je défends le projet du Front de Gauche que j’estime être le meilleur pour l’Europe et j’appelle donc les gens à voter en masse le 25 mai prochain.

Quelle idée de votre programme vous tient le plus à cœur ? 

Il est difficile d’en choisir une seule. Mais les domaines les plus importants sont évidemment la transformation de l’euro, l’emploi et l’écologie. Il faut absolument lancer un projet pour l’avenir des jeunes. Débloquer 21 milliards d’euros pour pouvoir créer des conditions d’accès à une formation et à un travail sécurisé. Il faut aussi empêcher ce qu’on appelle le Traité transatlantique. Nous devons éviter une harmonisation des normes européennes et nord-américaines. L’exploitation du gaz de schiste, les OGM… ce sont des choses très dangereuses qui pourraient venir frapper à nos portes avec ce traité de libre-échange.

Share Button